26 juillet 2014

Montagnes de fleurs

2014-07-14 15

Multitude colorée

Silence figé

Sous un bleu éclatant

Posté par Ethunelle à 17:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 juin 2014

La différence

 

Les plumes d'Asphodèle:

Ecrire un texte avec les mots choisis :

La collecte du jour pour écritoire vanishingintoclouds(3)la DIFFERENCE est…

 

tendresse, peau, solidarité, incompréhension, mosaïque, regard, amour, handicap, souffrir, tolérance, dispute, similitude, solitude, séparation, complémentaire, richesse, éloignement, étranger, égal, déranger, combattre. hagard, herbage, horrifiant.

 

Excuse-moi si mon regard te dérange,

Mais je me sens tellement horrifiée par ce qui t'arrive ! Quelle incompréhension totale !!!

Comment parviens-tu à supporter ton handicap si soudain,à souffrir en silence,alors que moi, je ne tolère pas seulement cette idée ! ???

Ta peau si douce...Tant aimée jadis...

Depuis notre dernière dispute-conflit fatal!- qui nous a séparés, provoqué ton éloignement à l'étranger,je fuis la pensée qui me relie à toi....

Avec cet accident fol dans les herbages des hautes plaines, tu m'es revenu,hagard dans ton corps meutri, et toujours égal à toi-même,posé, et si plein de tes voyages passés...

Ton handicap est là; ta richesse aussi.

Nos deux âmes solidaires et si complémentaires se rallument...L'amour relie les pièces de notre mosaïque un jour éclatée...Tendresse inachevée...

La similitude de nos désirs nous a à nouveau réunis : La tolérance.L'amour. La force.

 

Avec toi, je combattrai l'intolérance et les regards , le non-respect et  les sous-entendus...

 A tes côtés j'apprendrai à apprendre de toi,

Et te donner la main,

Avec toi , je serai là...

Posté par Ethunelle à 20:36 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 juin 2014

A jamais

J'ai le coeur retourné

Le silence m'enveloppe

Et mes larmes

Ne coulent pas

Quelques gouttes au-dehors

Et les saisons se mélangent

Et les visages

Je ne te reconnais plus

 

Rester sur un ciel éclairé

D'un soleil amusé

Et d'une voix tendre

 

Partir

Pour ne plus sentir

La froideur remplaçant

Un temps perdu...

 

J'ai le coeur retourné

Le silence m'enveloppe

         Et me fait du bien

Posté par Ethunelle à 23:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 mars 2013

Haïkus deneige

IMG_1010

    

 

 

 

      Ronde la neige

     Douce la maternité

     Paisible le silence....


 

 


                        Blanc / bleu contrastent

 

                                    Les traces sur le chemin

                                    Je sens mon coeur aller..IMG_1026. ......../.........

 

                                    

09 décembre 2012

Blancs

    

      Neige sur les hellébores

     Ouate hivernale

     Douceur du silence....

Posté par Ethunelle à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13 octobre 2012

Comme une ombre embusquée..


Comme une ombre embusquée tu es tapi en mon cœur
Et la défaillance me prend (ô combien !) lorsque je pense à toi à ces moments furtifs à s’étreindre de passion et d’oubli de tout, hormis de nous, de notre proximité    joie dans tes yeux     , je frissonne…
Grandioses instants passés éphémères chus dans un temps passé, fini,
Comme une brûlure qui attend l’eau, l’espoir m’étreint encore même s’il n’y a plus à espérer…
Ma vie prend corps
Et notre vie ensemble qui se meurt, c’est de ma vie qui s’évapore…

Cela avait été si dur pour moi ce soir d’octobre ne pas te toucher et Ô combien je te désirai !
Et dire que je te repoussai…
AÏE ! , mon corps crie l’endolori !

Tu ne sauras jamais assez
Ce qu’il y a dans mon silence quand je ne t’appelle pas.

Est-ce aujourd’hui fini ?…
                                     Hier- aujourd’hui -demain- encore.
                                                                            Et au-dessus

            Se prouver quoi ?

Posté par Ethunelle à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 octobre 2012

deux corps se sont....

                                     *

Dans le silence de la mer
Détrompez-vous chasseurs de sirènes
Un avenir léger amer
Vous apparaît debout
Mais il n’est que peine
Si vous levez la tête
Un peu plus haut
   Vous applaudirez
Vous verrez la-haut la fête
   Que vous aimerez
   Car rien d’autre n’est aussi beau
Deux corps se sont aimés dans le silence
Et les mots personnifiés
Et les regards dans le bleu nuité
Elle ne peut s’oublier cette transparence
De cette douce intimité
Où ils se sont regardés
                      Pour la première fois

Posté par Ethunelle à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 octobre 2012

Sommeil




                        A u  s o n  d e  l a  m u s i q u e  q u i  t i n t e
                        M a i s  l e s  m o u s t i q u e s   n e  d o r m e n t – i l s  p a s  l a  n u i t ?


                                                                   *


Un pas gravé dans l’air endormi
Des pierres , une mine,
Et le ruisseau qui gicle sur l’herbe verte
C’est la fin du soleil
Les couleurs opaques s’estompent
Le ciel est en deuil de la journée
La lune est sortie voir les étoiles

Pas un son

Pas un bruit
Libellules enchantées , passez devant votre regard
Et déployez vos ailes bleues !
Les chouettes indiscrètes , ne faites pas de bruit
La nature est sous silence

                Plénitude terrestre
                Herbe mouillée et froide sous un corps brûlant
                               Fièvre de délire
                               Saoûlerie pacifique
                La mer est là tout près
                Elle rage de venir nous voir
                Elle écume et se soulève
                                                        Et s’endort

Sommeil plein de vie
Entrain d’une jeunesse tendre

Posté par Ethunelle à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 octobre 2012

La remontée ou En fait ils sont heureux

                      
C’est l’heure de la remontée
Ils grimpent, par petits groupes, le chemin qui revient de la mer.
Ils ont laissé leur place à la nuit, mais pour elle seulement, car ils viendront la reprendre, à la même heure demain que celle de ce matin.
Les couleurs s’embrassent et se mélangent…
Le ciel blanchit au loin, rosit à l’horizon…
Les oiseaux sortent de leurs abris
Les canots rentrent au port.

Ils remontent après cette longue journée pleine de soleil qui a cogné dur. Il s s’en retournent, de Coups de soleil plaqués au dos, aux chevilles et aux rtarses,leur corps rosi et rougi frémit encore Par la chaleur emmagasinée et les pores respirent, dilatées par de nombreux bains d’eau salée
Il y en a toujours un à la traîne
Une main se tend. L’autre porte la glacière.
«  eh, mamn !, tu sais combien de fois je me suis baigné aujourd’hui ? »
«  oui…. »
«  vingt fois ! ! »
              La mère n’a pas le temps de sourire.
                                     «  et bien, il nous laissera peut-être tranquille ce soir ! »
                                     «  tu penses ! »

                       «  allez ! on grimpe ! »

Le moteur est en marche,
D’autres petits groupes arrivent,
Les mêmes, ou presque.

Le relais est au-dehors.

                               
Les bruits remontent le chemin
Le silence s’installe au-dessus de la mer
Les derniers ont quitté la plage
Elle reprend possession d’elle même et se regonfle à bloc, se prépare à la nuit.
Elle respire, s’étale, libère la chaleur contenue dans ses pierres,
Se laissant caresser par les bras de la mer…Renaissance de la plage…
Qu’il fait bon aller s’y promener à cette heure du jour…

Elle entame sa nuit, se prépare à dormir
Ses milliards de particules vibreront intensément sous les étoiles et elle se détendra, couverte par la Mer qui la berce de sa mélodie… Discours de la nature…
Tout vit intensément.
Assise sur un rocher,
J’écoute ses paroles immuables

C’est l’heure de la fraîcheur…
La mer
La plage
Le ciel
Et la fraîcheur
                    M’entourent
                    Me touchent
                    Me pénètrent
                                          Par mes yeux
                                                Mes pores
                                                       Mes oreilles


La nuit est là sans que je m’en rende compte que c’est la nuit
Il fait frais
Je frissonne
Je veux faire provision de ce plein de sensations,
J’ouvre tous grands mes sens
Et absorbe
                 Osmose…

Nature je t’aime et je vais te laisser
Je t’ai pris de ton lit
Car en toi
Je suis bien
Et je vais penser à toi
Tandis que tu vas vivre ta nuit

                            La nuit viendra me prendre
                                 Mes yeux se fermeront
                           Et nous vivrons ensemble,
                                                     Entières,
                     Dans le ciel habillé d’étoiles

                                                                               La plage, Var,1983

27 septembre 2012

Lettre à Leendert


Ce silence , tu sais , ne veut pas dire que je t’ai oublié.
Je voulais seulement préserver ce qui était beau et si bien.
Aujourd’hui je suis dans une immense ville où je vois des tas de gens.
Ceux que j’aimerais voir ne sont pas là. J’aimerais bien t’entendre parler. Te voir
Arriver un soir , à vélo.
Si tu viens à Rochemaure , dis-le moi.
                          J’habite près de la mer. Je voudrais sentir encore le sel collé à mes joues.
Aujourd’hui ce sont des carrés de ciel tendus entre deux toits de maisons
Que j’aime.
Et il y a beaucoup de visages dans ce ciel. Qui sont trop hauts ou trop loin.
Je voudrais fermer les yeux et sauter à pieds joints
Ailleurs , là où je suis bien et où les autres sont bien avec moi.
Compréhension intime et tendresse.partout la tendresse est inachevée et  foncée.
Je voudrais des journées remplies de rêves , dans des tourbillons d’étoiles ,
Dans une autre galaxie , pour s’endormir le ventre plein et léger comme l’âme.
Je fais du yoga et mon âme est légère dans un corps maîtrisé. Je suis maître de mon corps et il sourit
Quand il veut
Quand il aime
Quand il est heureux.