04 février 2014

À T , K , et N,

De l'ocėan au désert

Et du désert à la mer

Le ciel

Le même ciel au-dessus des cimes ,qui enveloppe les montagnes enneigées...

Partout des yeux qui le contemplent et cherchent les étoiles

Dessinent les contours et peignent ses couleurs

Amour de la nature , ivresse des jours libres,

Bonheur de l'instant passé

A vivre l ´ Infini  de l ' Éphémère.....


07 octobre 2012

A Vian


Le plafond  s’abaisse de plus en plus
Les murs se resserrent petit à petit
De plus en plus
Petit à petit
Le plafond a regagné la moitié de sa hauteur
Les murs ont mangé deux quarts du plancher
Le plancher ne bouge pas , il agonise
Il a perdu son ombre
Ombre d’en haut
Moi non plus je ne bouge plus
Le plancher n’est plus qu’à une hauteur d’homme du plafond
Les murs me laissent de quoi étendre mon regard
Je m’assois
Je me couche le plafond a peur de moi
Je ne peux le dire en face de lui
Il me regarde
Il me bouffe
Il me serre le ventre
Mais il me laisse la tête sur mon ventre
Je n’ai pas le temps de voir mon ventre
Mais je crois qu’il est plein
Les murs me serrent
Et je gonfle
Je rougis
Et je gonfle
Et je me remplis
De ce que j’avais caché
Je suis énorme
Je vais éclater
Je vais m’ouvrir
Et me dévider sur deux murs absorbants
Ma mort sera cachée
J’aurai éclaté
                     De tout

                                            *
La tête se frappe contre les murs
Le cerveau clapote
Le regard tremble
Le cœur vibre
On digère
Et on renaît pleinement
Lucide
Avec de la musique classique dans les organes
Et les yeux mouillés

De ne pas avoir vu tout de suite
Ou plus avant
Emotion de la tendresse violente
Laisser son corps au vestiaire
Son cerveau dans le mur
Et l’esprit dans les montagnes
Ou dans la mer
Et l’âme flotter dans la mer
Ou dans le ciel
Ou n’importe où ailleurs

Un ailleurs formidable
Où rires s’emmêlent
Où les cheveux s’emmêlent
Où les beautés se mêlent du soleil et du vent
Où les arbres nous entourent
           Tournevire
           Vibrations ventriloques

La bille roulera sur des immenses océans dorés
L’harmonica rappellera le passé
                       Et les mouettes de la mer
                       Et le corps dans l’âme
                                                           Quoi de plus ?

                                                                       

Posté par Ethunelle à 13:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,