08 novembre 2015

Aurore

.       Pas d'horizon marquė ce matin au bout de mon regard

        Horizon ebloui par le soleil du matin

        Pas de limite terres er mer

        Marseille est enfouie...

 

         Et la lumIère révèle au-dessus

         Un grand ciel bleu.....

 

Posté par Ethunelle à 08:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


21 octobre 2015

Doux matins...!

Ah ! Belle vision colorée qui accompagne mes  matins !

Je  t'emporte  avec moi

Et te pose en partage

Sur mon blog delaissé par manque d'inspiration,

Tellement étaient prises mes pensées par l'action...!

 

La côte de Marseille au loin

L'horizon traçant un trait sous ses collines caillouteuses

Dessinant les contours de la grande etendue

Ah ! Dont  le bleu si intense m'invite sans cesse à m'y plonger dedans!

 

Joie du matin

Qui éclaire mon Coeur

En allant travailler

Voir cette image

Est un pur bonheur....

Posté par Ethunelle à 21:37 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

19 janvier 2014

Poésie à point nommé

Avec ce temps, m'est venue cette si belle poésie, apprise si petite, et qui me revient à chaque fois que la pluie dure, tout un jour....

Il est vraiment Fort Paul !

 

La pluie tombe infinie. Les horizons s'enfuient.

Où vont-ils ces coteaux , ces coteaux sous la pluie, qui portent sur leur dos ces forêts qui s'ennuient?

Où donc est Andely, Andely-le-Petit? Son coteau ? Son château? Je les voyais tantôt.

Les horizons s'enfuient. La pluie tombe infinie.

Du côté des forêts, qui donc réapparaît? Ce géant,est-ce lui ? Est-ce toi, vieux château, qui vas, courbant ton dos, sous neuf siècles d'ennui?

La pluie tombe infinie....

 

Je n'ai pu m'empêcher de vous la faire partager....Un plaisir sous la pluie....

 

 

07 décembre 2012

On ne t'a jamais dit...



On ne t’a jamais dit ce qu’il y avait de l’autre côté de la colline
Ne ris pas , que tu sois adulte ou gamine ,
L’horizon à la fois fini et indéfini reste sans trace portant on doit se taire sur la mort et sur la vie…Et attendre….
On n’apprend qu’au cours du temps
            Où est cette colline à gravir ,
Cette pierre à soulever ,
Cette tâche à accomplir ,
Cette vie à graver ,
Cet enfer à aimer ,
Ce visage à sculpter ,
Cette fille à sourire ,
Cette putain de charité ,
Qui ne fait que sévir ,
Et qui ne fait qu’aimer…
Ainsi-soit-il
Le désastre terrestre est au premier rang ,
En avant de la colline ,
                          -- Où rien ne se sait –
                          -- Où tout se perd et finira bien par se perdre malgré les souvenirs—
                          -- En attendant….de passer de l’autre côté de la colline…

Alors tu sauras seulement
Où ,
Qui ,
Comment ,
Pourquoi…

Tu es.
                                                          

Le 26 avril 1981

Posté par Ethunelle à 11:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

30 septembre 2012

Tandis qu'à terre le sol m'attendait


Ainsi lentement, le bateau partit du port vers l’horizon Son sillage scintillant traçait comme une Ligne droite et creuse Et les flots se refermaient sur lui ;à peine dessinée, sa trace était effacée. Vers l’avant, la masse d’eau embrassait l’embarcation confiante.
Et moi sur le pont , je me laissais griser, les embruns dans les cheveux, le soleil sur ma peau, les doigts fermés sur la rambarde froide et chaude, moites de sel et d’air marin, je me laissais Porter à la rêverie, solide comme un roc, plantée sur mes deux jambes, forte de tenir si droite sur un Sol si mouvant. Je tanguais sur les flots au rythme des vagues, et m’imaginais avant, après, en cet Instant si présent à la seconde même où je respirai..
Avant, le port et la ville que je quittai….Ma vie derrière Après..Après…, la ville que je retrouverai à l’issue de ce voyage, comment sera-t-elle ? Comment m’accueillera-t-elle ? Comment serai-je ?
Tout dépendra de mon périple et des richesses que j’aurai eues…jour où je toucherai Terre à Nouveau…oublier oublier pour mieux retrouver…Partir, partir pour mieux revenir…

Droite, face à la mer, les épaules relâchées ,je vis. Je vis le soleil, l’eau, le ciel, l’air, les poissons Dessous, le bateau, les sons, les embruns, le sel, l’odeur, les voyages, la partance…
Combien de temps suis-je restée ainsi ? Quelques minutes ? Une heure ? Un jour ? Une vie Entière ? Le clapotis m’accompagnait, le roulis me berçait, abandon de mon être, Richesse de L’instant.


Sur mer la vie céleste m’embarquait.

                                                            

Posté par Ethunelle à 12:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,