09 octobre 2012

Le feu foisonne au fond du clair

                                                                                                                                                 



Le feu foisonne au fond du clair
Des toiles d'araignée tissées entre deux nuages de bleu gris
Et un envol impassible mordu déracinant
Une pensée nocturneune froideur dans le ventre
Un cri qui gicle , c'est un champ de blé nouveau
C'est l'heure du couvre-feu
C'est la paix ardente qui envahit
La nostalgie du passé  la peur du devenir
C'est deux bêtes haut perchées
C'est deux perches tendues face à face
C'est un fossé traître et mensonger
C'est la paix de l'aurore
                 ( de l'accord )

Posté par Ethunelle à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


07 octobre 2012

Le temps tient l'aube à son bout

Dehors
Les collines vertes se fondent dans le crépuscule
Des élans de soleil avancé qui vit encore
Chatouillent de leur pointes les maisons

                Une maison
                Deux maisons
                Et le ciel autour
                Des arbres
                Des milliers de feuilles vertes
                Et le vent dedans
                Et dans la maison
                     Dans les deux maisons
                 Un feu grandit
                Et dans les arbres
                      Dans les milliers de feuilles vertes
                 La vie grandit , monte

Se lever tôt pour voir l’aube se pointer
Horizon délavé
Voir naître des milliers de secondes
Voir s’éclaircir le ciel
Et s’ouvrir la Terre sans un bruit
                               Silence
                               Plénitude de la naissance
                                                                         Aurore
Fraîcheur des premiers instants
                Des premiers rayons
L’aurore nous bout dans le ventre
                Voir
                Voir
Silence
Le temps tient à son bout l’aube
                                                   Qui pointe ,
                                                                     Silencieuse
Le temps va tirer l’aube
Qui naîtra à la pointe de l’horizon aux mille pointes
                                                  Le monde est pointu.

Posté par Ethunelle à 13:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 septembre 2012

à J.M.

                                                                      



    Aujourd’hui 5 mai 1981,

Un temps comme vous l’aimiez sans doute
Je suis au bord de la mer et la regarde
Nous , ici, il faut choper le temps pour venir la voir
Et vous , au seuil de nouvelles contrées , vous avez la beauté pour l’éternité
Racontez-moi votre ciel sans nuage   ... Avez-vous la possibilité de voir la terre ?

Je regarde la mer et m’y plonge dedans
Je n’avais encore jamais pensé que l’on regarde le feu de la même façon…On s’y plonge…
C’est une infinité dans laquelle on baigne , et l’on y ressent un réconfort , une force immense , grandiose , qui nous caresse l’intérieur ,
                                             Par le regard,
                                                                  Les sens sont transpercés
Le ciel , lui est autre, il nous enveloppe de toutes parts , nos pensées s’y condensent…
Et on croit voir des étoiles ,
                         Nos étoiles ,
                         Notre étoile…
Qu’est-ce qu’une seconde en rapport avec l’Eternité ?
D’où nous vient cet esprit grégaire à amasser le temps et le catégoriser en horaires ,
Pourquoi le vécu d’une seconde est-il si vaste ?
Une seconde se rapproche plus de l’infini… A l’ooposé les extrêmes se rencontrent…,
De l’autre côté
Le temps s’arrête et devient Eternité
                           La seconde devient infini
                           Le point devient l’immensité…
                           La vie est amour et non plus raison
                           Le regard part dans tous les sens et toutes les dimensions
                           Unité des sentiments , le bonheur seul ressucite...
                                                                                                    L’infini bonheur…

Mais comment parler d’un ciel que l’on ne connaît pas ?
Le regard s’arrête à l’horizon
Qui continue d’exister quand le regard se range

                                       Les poissons habitent nos mers
                                       Et la mer habite notre cœur
                                       Et notre cœur ,
                                       Dans quel espace habite-t-il ?
                                       Dans quelle dimension ?