28 septembre 2013

J'ai emmené avec moi

J'ai emmené avec moi tous mes sens en éveil

A la mer

Je pensais que me tremper dans l'eau froide me remettrait d'aplomb

Que pensais-je ! Niet !

La chaleur du soleil poursuivit tes caresses sur mon corps offert ! Ah ! Si tu étais là !

 

Par ces mots, je te dédie cet instant..

Avec toi dans mon corps enfoui...

 

 

Posté par Ethunelle à 17:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


15 juillet 2013

Douces pensées et fort désir

Je me rappelle ce jour où

Je sautais de joie

Je me rappelle ce jour où

Tu venais à moi

Je me rappelle ce jour où

Grand désir et fortes joies

 

Je me rappelle ce jour où

Quand se fut l'heure de partir

Amères pensées et fort désir

 

Tu me rappelles ce jour où

Passé mêlés Avenir

Douces pensées et fort désir

 

 

 

 

 

Posté par Ethunelle à 17:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 mars 2013

Légende

Saisir l'existence en images

Y mettre du son

Un souffle

Un désir

Et hop !

Le temps s'envole....

Posté par Ethunelle à 18:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

14 décembre 2012

Ode à l'amour


 

Tout nous invite à nous aimer encore                                   
Toi, homme de ma vie, homme de mon cœur mort             
Que fais-tu loin de moi, bel amant de mon corps                 
Jamais je n’eus d’oubli, par contre des remords                   
Ont tapissé ma vie, parce que je t’aime encore.

Ton souvenir m’obsède et puissamment enroule                  
Autour de mon esprit un regret rouge et noir                        
Etreintes de mon cœur…                                                       
Pêle-mêle de sentiments…                                                    
Et coule
Mon désir implacable au plus profond de moi…                   
                                                                                                
Comme un très dur espoir mon corps s’immobilise               
Les yeux tournés vers l’intérieur
Attends…                                                                                 
                                                                                                 

Mes doigts tremblent et te frôlent                                           
Et mon cœur libéré de ses émois enfouis
Ruisselle sur ton corps
En des caresses d’amour                                                                                                          

Et de tes mille pores
Et de ta peau si douce
On entend murmurer sa douce mélodie…

                                              

Posté par Ethunelle à 11:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

26 novembre 2012

A toi,A




  Et si tu me disais tout ce qui reste en suspend
  Dans mon cœur vagabond ton image m’éparpille
             Soit ! Arrêtons là  l’amour et le doute. Pars !


             J’illumine la page pour que, Bon Dieu ! Sortent
                                Les mots, ta bouche, tes doigts, mon désir s’échappe
                                Sublimé dans un tracé d’aquarelle fin transparent
                                                  Comme le voile de ma destinée…couleurs pastels de vie …
                                Dedans,  c’est rougeoyant, vif, bouillonnant !




                                                                 Quand pourrai-je refermer mes doigts sur toi….

                                                                                                                    

                                                                                                        Ta peau…..

                                                                                                                                          Nos doigts croisés….
                                                                                                  

                              

Posté par Ethunelle à 23:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 octobre 2012

Soixante kilomètres pour un quart d'heure

Soixante kilomètres pour un quart d’ heure

En fait, si tu regardes bien les panneaux, cela ne fait que deux fois vingt-quatre kilomètres…
Soixante kilomètres et quelques mois et je suis dans tes yeux et la distance qui s’éteind si vite en une seconde
Abolition de l’espace et du temps en l’instant de notre rencontre
Et la vie nous prend dans son désir
Que tu me permettes enfin et je t’aimerai longtemps
                          Ouvre ta bouche et j’entre
                          Et mon corps se tend en même temps que
                          Mon corps se liquéfie à la pensée que tu vas
                          Poser les mains sur moi…
                          Mon cerveau s’évanouit…

Soixante kilomètres pour n’être que corps éclaté
Abstraction totale de toute pensée, de l’espace et du temps
Seul existe
De t’aimer longtemps longtemps longtemps
                          Ouvre ta chemise et je n’ose
                          Te caresser , te frôler, poser les mains sur ta peau
                          En si peu de temps j’ai peur
                          De choir
                          Et pourtant,
                          Prendre le ton rhéophile,

Soixante kilomètres et combien de temps
La lumière de tes toiles me fait rêver à tant de transparence…beautés des tons…ô combien ai-je le désir de t’aimer de poser pour toi
                           Poser mes mains mes lèvres mon corps tout entier
                           Sur ta peau si douce
                           Et mes doigts et ma langue parler
                           A tes recoins secrets
                           Si tu savais combien
                           Je t’appartiens…

Soixante kilomètres pour neuf cents secondes d’une vie de moi à toi
Espace-temps incommensurable comme l’est le tapis de nos émois tapis de mon cœur enroulé au plus profond de moi
Et à la surface de ma peau.
Comme le sont les couyleurs si pleines que tu étales du bout de tes doigts à la surface du tableau
Contact vital
Amour-amitié infaillible au-delà du temps   en-deçà des mots
                           Mes doigts glissent de bas en haut
                           De part et d’autre de tes vertèbres
                           Mes lèvres se posent dans le creux de ton épaule
                           Mon souffle caresse ta peau
                           Nos parfums se confondent et
                           Chavirent nos pensées…

Soixante kilomètres et pas assez de temps pour que cessent ces mots
Qui extraient de mon cœur le secret de mon âme et mon désir de femme

Le voici.

Quarante-huit kilomètres pour un quart d’heure
Si bon à sentir,
                        Fidèlement, c’est ainsi,
                                                                                                            21 juillet 2001
                            

Posté par Ethunelle à 10:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 octobre 2012

Sur la chaise longue

 

Je voudrais pouvoir me dédoubler
D’une personne , je serais assise, là,
De mon autre personne, je serais saoûle…
Je me ferais rire
Et me f’rais la morale
D’une personne à l’autre je passerais
Et rirais de moi
Me parlerais,
M’écouterais,
Et m’dirais mes quat’vérités.

Si je veux être saoûle
Hop ! je saute sur la chaise-longue de gauche
Si je veux être le despote
Hop ! me revoici sur la chaise-longue de droite

Etre saoûle ou être claire
Il faut choisir
Boire un verre
Rien qu’un verre
C’est réaliser son désir

Posté par Ethunelle à 13:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 octobre 2012

Désir


Désir d’écrire
Désir de dire
Désir de sortir
But d’un envoi
Envoi de notes noir sur blanc, couleurs sur le gris
Que dire,
Sinon de colorer la vie
Cette envie qui me prend parfois d’utiliser les couleurs
Et d’en colorer mes jours…
La musique est là pour m’aimer
Les couleurs sont là pour aimer ma main
                                                   mes doigts
                                                   mon cœur ému…/

Tandis que chantent à l’orée de la ville
Les compagnons des champs,
La neige de l’hiver se prépare à tomber
A rendre la nature et les bruits plus tranquilles
Et l’intérieur des maisons plus doré…
L’âme au cœur de l’hiver est chaude
Les corps engourdis se laissent reposer
Et les sourires sont plus natures, plus chauds, plus vrais.
La buée sur les vitres nous fait comprendre la nuance entre l’intérieur et l’extérieur
Ainsi que l’existence d’une réaction entre les deux

               Amis de la ville
               Amis de l’hiver
               Je vous invite
               A partager ma terre
               Et à l’aimer aussi

Encore un mot à dire
Encore une couleur qui tapisse mon cœur
Encore ma main veut écrire, sentir
Sentir cette douceur me prendre
                                  Me serrer
                                  Et mon cœur
                                  Et mes couleurs
                                  Mon âme dorée

                                                         Pour me porter
                                                         M’embrasser
                                                         Me transporter
                                                                                 Dans ce bonheur

Posté par Ethunelle à 10:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

01 octobre 2012

Peau et coeur


Mon doigt effleure ton dos se tend
Glisse le long de ta peau

Mon doigt effleure ta peau se tend
Glisse le long de ton dos ma poitrine vibre
Mon corps frôle le tien en émoi aux abois de mes doigts qui courent lentement
Une symphonie de tes mille pores jouent l’éveil du désir tu fermes les yeux tu vois nos deux peaux
Et le champ entre les deux corps dense et dansent les vibrations chaleur attirance tu restes immobile tu te laisses faire
Au son de la rhapsodie d’amour culte des corps qui s’aiment
Amour des âmes qui se rencontrent et se côtoient dans un bain de jouissance

Tes milles pores au contact de mes doigts de ma bouche ma langue jouent la rhapsodie de l’amour je m’enivre de son odeur
Folie du temps lorsqu’en face à face on se prend d’un regard
Et puis,
           Un geste des marques d’amour mon petit bout ta bouche tes doigts ma main glisse sur ta peau ton sexe doux  et  fort
Comme mes pensées si douces et mon amour si violent...

Posté par Ethunelle à 12:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,