25 janvier 2013

Tohu-bohu d'haïkus

       Au-dessus du plateau

       Feu orangé des couleurs

       Allez hop! Au boulot!

                                            Regarder le plateau

                                                        Rêver marcher dessus

                                                                     Mais non! Dans l'auto!

                                                     

      Le ciel s'éclaircit

      L' embouteillage stagne

              Je rêve de liberté....

                                                 Automatismes

                                                 Dans la cabine,

                                                 Mon esprit vagabonde....

       Perte de temps

      Sur les quatres roues

      Les jambes en campagne

                                             A l'heure où la campagne est blanche

                                             Vois -tu, je suis restée.

                                             A rêver de balade......

                                              

                                                                

     


08 octobre 2012

Sommeil




                        A u  s o n  d e  l a  m u s i q u e  q u i  t i n t e
                        M a i s  l e s  m o u s t i q u e s   n e  d o r m e n t – i l s  p a s  l a  n u i t ?


                                                                   *


Un pas gravé dans l’air endormi
Des pierres , une mine,
Et le ruisseau qui gicle sur l’herbe verte
C’est la fin du soleil
Les couleurs opaques s’estompent
Le ciel est en deuil de la journée
La lune est sortie voir les étoiles

Pas un son

Pas un bruit
Libellules enchantées , passez devant votre regard
Et déployez vos ailes bleues !
Les chouettes indiscrètes , ne faites pas de bruit
La nature est sous silence

                Plénitude terrestre
                Herbe mouillée et froide sous un corps brûlant
                               Fièvre de délire
                               Saoûlerie pacifique
                La mer est là tout près
                Elle rage de venir nous voir
                Elle écume et se soulève
                                                        Et s’endort

Sommeil plein de vie
Entrain d’une jeunesse tendre

Posté par Ethunelle à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 octobre 2012

La remontée ou En fait ils sont heureux

                      
C’est l’heure de la remontée
Ils grimpent, par petits groupes, le chemin qui revient de la mer.
Ils ont laissé leur place à la nuit, mais pour elle seulement, car ils viendront la reprendre, à la même heure demain que celle de ce matin.
Les couleurs s’embrassent et se mélangent…
Le ciel blanchit au loin, rosit à l’horizon…
Les oiseaux sortent de leurs abris
Les canots rentrent au port.

Ils remontent après cette longue journée pleine de soleil qui a cogné dur. Il s s’en retournent, de Coups de soleil plaqués au dos, aux chevilles et aux rtarses,leur corps rosi et rougi frémit encore Par la chaleur emmagasinée et les pores respirent, dilatées par de nombreux bains d’eau salée
Il y en a toujours un à la traîne
Une main se tend. L’autre porte la glacière.
«  eh, mamn !, tu sais combien de fois je me suis baigné aujourd’hui ? »
«  oui…. »
«  vingt fois ! ! »
              La mère n’a pas le temps de sourire.
                                     «  et bien, il nous laissera peut-être tranquille ce soir ! »
                                     «  tu penses ! »

                       «  allez ! on grimpe ! »

Le moteur est en marche,
D’autres petits groupes arrivent,
Les mêmes, ou presque.

Le relais est au-dehors.

                               
Les bruits remontent le chemin
Le silence s’installe au-dessus de la mer
Les derniers ont quitté la plage
Elle reprend possession d’elle même et se regonfle à bloc, se prépare à la nuit.
Elle respire, s’étale, libère la chaleur contenue dans ses pierres,
Se laissant caresser par les bras de la mer…Renaissance de la plage…
Qu’il fait bon aller s’y promener à cette heure du jour…

Elle entame sa nuit, se prépare à dormir
Ses milliards de particules vibreront intensément sous les étoiles et elle se détendra, couverte par la Mer qui la berce de sa mélodie… Discours de la nature…
Tout vit intensément.
Assise sur un rocher,
J’écoute ses paroles immuables

C’est l’heure de la fraîcheur…
La mer
La plage
Le ciel
Et la fraîcheur
                    M’entourent
                    Me touchent
                    Me pénètrent
                                          Par mes yeux
                                                Mes pores
                                                       Mes oreilles


La nuit est là sans que je m’en rende compte que c’est la nuit
Il fait frais
Je frissonne
Je veux faire provision de ce plein de sensations,
J’ouvre tous grands mes sens
Et absorbe
                 Osmose…

Nature je t’aime et je vais te laisser
Je t’ai pris de ton lit
Car en toi
Je suis bien
Et je vais penser à toi
Tandis que tu vas vivre ta nuit

                            La nuit viendra me prendre
                                 Mes yeux se fermeront
                           Et nous vivrons ensemble,
                                                     Entières,
                     Dans le ciel habillé d’étoiles

                                                                               La plage, Var,1983

27 septembre 2012

Lettre à Leendert


Ce silence , tu sais , ne veut pas dire que je t’ai oublié.
Je voulais seulement préserver ce qui était beau et si bien.
Aujourd’hui je suis dans une immense ville où je vois des tas de gens.
Ceux que j’aimerais voir ne sont pas là. J’aimerais bien t’entendre parler. Te voir
Arriver un soir , à vélo.
Si tu viens à Rochemaure , dis-le moi.
                          J’habite près de la mer. Je voudrais sentir encore le sel collé à mes joues.
Aujourd’hui ce sont des carrés de ciel tendus entre deux toits de maisons
Que j’aime.
Et il y a beaucoup de visages dans ce ciel. Qui sont trop hauts ou trop loin.
Je voudrais fermer les yeux et sauter à pieds joints
Ailleurs , là où je suis bien et où les autres sont bien avec moi.
Compréhension intime et tendresse.partout la tendresse est inachevée et  foncée.
Je voudrais des journées remplies de rêves , dans des tourbillons d’étoiles ,
Dans une autre galaxie , pour s’endormir le ventre plein et léger comme l’âme.
Je fais du yoga et mon âme est légère dans un corps maîtrisé. Je suis maître de mon corps et il sourit
Quand il veut
Quand il aime
Quand il est heureux.

26 septembre 2012

Répétitions

La tendresse a mordu l’infini bleu
Juste un petit bout d’infini
Une seconde
Nous n’aurons jamais assez de temps
Pour toutes ces choses qui remplissent cet infini
               Puisons dans le temps
Parler du temps et de l’infini
Découper les secondes
Penser à ce qu’il y a derrière
Et songer à demain
                Et faire le temps de maintenant
                     Créer l’infini
                          Le peindre en bleu
                                    Par le cœur
                                    Et les mains
                     On n’aura jamais le temps de s’arrêter

                 On peut toujours regarder le ciel
                            Et ce qu’il y a dedans

Posté par Ethunelle à 18:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,