Poésies d'amour bien sûr!
28 septembre 2013

J'ai emmené avec moi

J'ai emmené avec moi tous mes sens en éveil

A la mer

Je pensais que me tremper dans l'eau froide me remettrait d'aplomb

Que pensais-je ! Niet !

La chaleur du soleil poursuivit tes caresses sur mon corps offert ! Ah ! Si tu étais là !

 

Par ces mots, je te dédie cet instant..

Avec toi dans mon corps enfoui...

 

 

Posté par Ethunelle à 17:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


15 juillet 2013

Douces pensées et fort désir

Je me rappelle ce jour où

Je sautais de joie

Je me rappelle ce jour où

Tu venais à moi

Je me rappelle ce jour où

Grand désir et fortes joies

 

Je me rappelle ce jour où

Quand se fut l'heure de partir

Amères pensées et fort désir

 

Tu me rappelles ce jour où

Passé mêlés Avenir

Douces pensées et fort désir

 

 

 

 

 

Posté par Ethunelle à 17:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 janvier 2013

Sonnet

 

Tout nous invite à nous aimer encore

Toi, soleil de ma vie, homme de mon coeur mort

Que fais-tu loin de moi , bel amant de mon corps

Jamais je n'eus d'oubli, par contre des remords

Ont tapissé ma vie parce que je t'aime encore

 

Si j'eus senti le temps et prévu ses ravages

Peut-être aurai-je su rester encore au moins

Pour tenter davantage de ne pas mettre fin

A nos vives amours...Etaient-elles un mirage?

 

Car elle n'était possible la vie entre nous deux

Que dans une insouciance.Tout n'était qu'un jeu :

" Laissons le devenir,vivons l'instant présent ! "

 

Ainsi je suis partie, mon amour emporté

Au plus profond de moi où il est encore grand

Depuis l'heure de ce jour jusques au temps passé


                               (reprise d'une ode à l'amour   janvier 2002)

Posté par Ethunelle à 16:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

14 décembre 2012

Ode à l'amour


 

Tout nous invite à nous aimer encore                                   
Toi, homme de ma vie, homme de mon cœur mort             
Que fais-tu loin de moi, bel amant de mon corps                 
Jamais je n’eus d’oubli, par contre des remords                   
Ont tapissé ma vie, parce que je t’aime encore.

Ton souvenir m’obsède et puissamment enroule                  
Autour de mon esprit un regret rouge et noir                        
Etreintes de mon cœur…                                                       
Pêle-mêle de sentiments…                                                    
Et coule
Mon désir implacable au plus profond de moi…                   
                                                                                                
Comme un très dur espoir mon corps s’immobilise               
Les yeux tournés vers l’intérieur
Attends…                                                                                 
                                                                                                 

Mes doigts tremblent et te frôlent                                           
Et mon cœur libéré de ses émois enfouis
Ruisselle sur ton corps
En des caresses d’amour                                                                                                          

Et de tes mille pores
Et de ta peau si douce
On entend murmurer sa douce mélodie…

                                              

Posté par Ethunelle à 11:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

26 novembre 2012

A toi,A




  Et si tu me disais tout ce qui reste en suspend
  Dans mon cœur vagabond ton image m’éparpille
             Soit ! Arrêtons là  l’amour et le doute. Pars !


             J’illumine la page pour que, Bon Dieu ! Sortent
                                Les mots, ta bouche, tes doigts, mon désir s’échappe
                                Sublimé dans un tracé d’aquarelle fin transparent
                                                  Comme le voile de ma destinée…couleurs pastels de vie …
                                Dedans,  c’est rougeoyant, vif, bouillonnant !




                                                                 Quand pourrai-je refermer mes doigts sur toi….

                                                                                                                    

                                                                                                        Ta peau…..

                                                                                                                                          Nos doigts croisés….
                                                                                                  

                              

Posté par Ethunelle à 23:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23 novembre 2012

A F.


                                                                      

        

IMG_0008

        
Mon corps contre ton corps chantait
Nos corps à l’unisson dansaient
Dansaient nos mille pores
Toute ta peau enveloppant la mienne
Tous mes sens envoûtés me rappelaient alors
Ce milliard de secondesà peine passé
Chaque millième de seconde racontait nos deux peaux enlacées

Adieux instants si denses
Quand tenue dans tes bras où quelque chose se passait
Je me laisser porter
Par ce plaisir immense

Posté par Ethunelle à 17:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 octobre 2012

Soixante kilomètres pour un quart d'heure

Soixante kilomètres pour un quart d’ heure

En fait, si tu regardes bien les panneaux, cela ne fait que deux fois vingt-quatre kilomètres…
Soixante kilomètres et quelques mois et je suis dans tes yeux et la distance qui s’éteind si vite en une seconde
Abolition de l’espace et du temps en l’instant de notre rencontre
Et la vie nous prend dans son désir
Que tu me permettes enfin et je t’aimerai longtemps
                          Ouvre ta bouche et j’entre
                          Et mon corps se tend en même temps que
                          Mon corps se liquéfie à la pensée que tu vas
                          Poser les mains sur moi…
                          Mon cerveau s’évanouit…

Soixante kilomètres pour n’être que corps éclaté
Abstraction totale de toute pensée, de l’espace et du temps
Seul existe
De t’aimer longtemps longtemps longtemps
                          Ouvre ta chemise et je n’ose
                          Te caresser , te frôler, poser les mains sur ta peau
                          En si peu de temps j’ai peur
                          De choir
                          Et pourtant,
                          Prendre le ton rhéophile,

Soixante kilomètres et combien de temps
La lumière de tes toiles me fait rêver à tant de transparence…beautés des tons…ô combien ai-je le désir de t’aimer de poser pour toi
                           Poser mes mains mes lèvres mon corps tout entier
                           Sur ta peau si douce
                           Et mes doigts et ma langue parler
                           A tes recoins secrets
                           Si tu savais combien
                           Je t’appartiens…

Soixante kilomètres pour neuf cents secondes d’une vie de moi à toi
Espace-temps incommensurable comme l’est le tapis de nos émois tapis de mon cœur enroulé au plus profond de moi
Et à la surface de ma peau.
Comme le sont les couyleurs si pleines que tu étales du bout de tes doigts à la surface du tableau
Contact vital
Amour-amitié infaillible au-delà du temps   en-deçà des mots
                           Mes doigts glissent de bas en haut
                           De part et d’autre de tes vertèbres
                           Mes lèvres se posent dans le creux de ton épaule
                           Mon souffle caresse ta peau
                           Nos parfums se confondent et
                           Chavirent nos pensées…

Soixante kilomètres et pas assez de temps pour que cessent ces mots
Qui extraient de mon cœur le secret de mon âme et mon désir de femme

Le voici.

Quarante-huit kilomètres pour un quart d’heure
Si bon à sentir,
                        Fidèlement, c’est ainsi,
                                                                                                            21 juillet 2001
                            

Posté par Ethunelle à 10:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 octobre 2012

Comme une ombre embusquée..


Comme une ombre embusquée tu es tapi en mon cœur
Et la défaillance me prend (ô combien !) lorsque je pense à toi à ces moments furtifs à s’étreindre de passion et d’oubli de tout, hormis de nous, de notre proximité    joie dans tes yeux     , je frissonne…
Grandioses instants passés éphémères chus dans un temps passé, fini,
Comme une brûlure qui attend l’eau, l’espoir m’étreint encore même s’il n’y a plus à espérer…
Ma vie prend corps
Et notre vie ensemble qui se meurt, c’est de ma vie qui s’évapore…

Cela avait été si dur pour moi ce soir d’octobre ne pas te toucher et Ô combien je te désirai !
Et dire que je te repoussai…
AÏE ! , mon corps crie l’endolori !

Tu ne sauras jamais assez
Ce qu’il y a dans mon silence quand je ne t’appelle pas.

Est-ce aujourd’hui fini ?…
                                     Hier- aujourd’hui -demain- encore.
                                                                            Et au-dessus

            Se prouver quoi ?

Posté par Ethunelle à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 octobre 2012

Quelque chose me dit....

Quelque chose me dit que je t’aime
C’est le sentiment amoureux qui m’habite lorsque je pense à toi.  

Posté par Ethunelle à 20:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

08 octobre 2012

Chaleur

                                               
                          

           Je ferme les yeux et je plonge avec toi
           Je suis bien dans le bain de mon cœur
           Palpite mon corps sous la caresse du soleil
           Palpite mon âme quand nos présences se touchent
           Et se joignent
           En un seul tourbillon

Posté par Ethunelle à 13:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,