Petit sentier jaune

Sinuant entre les jeunes pins frêlement verts

Comme une allée que l'on aurait voulu dessiner

Là , j'allais , dans la douceur du printemps ,

Et le pollen en pleines narines...

Seule et libre, j'arpentais la forêt  d'un bout à l'autre, 

Entre les arbres et n'entendant que le vent,

 

Entraîné par  mon corps,

Mon esprit gambadait...